Communiqué de soutien au peuple Grec de la CGT FSPBA.

Boxing gloves with Euro and Greek flag, isolated 3d illustration

Le peuple grec a rejeté, dans une très large majorité (61%), le plan imposé par les créanciers de la Commission Européenne, de la Banque Centrale Européenne (BCE) et du Fonds Monétaire International (FMI). Pour rappel, il s’agissait de réformes visant à asphyxier encore un peu plus la société grecque notamment par l’augmentation de la TVA, le recul de l’âge de départ à la retraite et la diminution des pensions de retraites sans compter de nouvelles privatisations.

En fait, supprimer encore davantage de services publics pour les servir sur un plateau aux investisseurs privés.

Notre fédération dénonce catégoriquement les plans d’austérité qui se sont succédé depuis 2008 en vain pour la Grèce. Ceux-ci n’ont fait que détruire les acquis sociaux (suppression des conventions collectives…), fragiliser tout un peuple (46% des grecs sont au-dessous du seuil de pauvreté), vider du pays sa jeunesse, accentuer la crise (taux de chômage est de 26%) et « engraisser » les capitalistes. Il n’est pas acceptable qu’en Grèce (comme ailleurs dans le monde) des enfants meurent faute de soins et/ou de nourriture (la mortalité infantile a augmenté de 43% en Grèce entre 2008 et 2010).

Le Peuple Grec a pourtant été clair, cette Europe de l’austérité il n’en veut pas, il ne veut plus supporter davantage le diktat de la Troïka et il a raison !

Malgré un résultat sans appel, la Troïka n’entend rien. Pire encore, pour ne pas donner d’idées aux autres pays qui seraient tentés de s’opposer à son ingérence, elle vient d’imposer un autre plan d’austérité.

Pour que La Grèce reste dans l’Euro et pour que les banques ne s’effondrent pas, le 1er Ministre Alexis TSIPRAS contraint et forcé d’accepter l’inacceptable a soumis ce 3ème plan d’austérité au Parlement grec qui l’a validé.

Il est urgent que la dette grecque soit abandonnée pour que le peuple grec puisse espérer se relever.

Nous dénonçons ce chantage inadmissible empreint de dogmatisme mené par Troïka et sommes persuadés que dans tous les pays de la zone Euro où les politiques d’austérité ont été imposées par les institutions européennes, les conséquences ont été catastrophiques pour les peuples mais aussi pour les économies de ces pays qui se sont encore davantage enfoncés dans la crise.

La Fédération CGT des Banques, Assurances et Sociétés financières tient à apporter tout son soutien au Peuple Grec ainsi qu’aux salariés grecs qui vont devoir lutter de toutes leurs forces contre les mesures prévues dans ce plan d’austérité imposé par les pays l’Eurogroupe.

Seule une Europe Sociale, Solidaire et Démocratique n’a de sens, et nous devons tous lutter contre l’Europe Libérale, Individualiste et Dictatrice que l’on veut nous imposer.

Plus que jamais les peuples européens se doivent d’être solidaires.Dans une période où l’on cherche à nous diviser que ce soit avec la peur soigneusement orchestrée contre les immigrés, les migrants et le mépris déployés contre les électeurs grecs et espagnols, il est plus que jamais impératif de rester mobilisés et de chercher des alternatives qui puissent nous remettre dans la voie du progrès social.

La Fédération CGT des Banques des Assurances et des Sociétés financières appellent tous les syndiqués de nos secteurs à soutenir les syndicats grecs dans leurs luttes et combats qu’ils mènent et qu’ils vont devoir affronter dans ces prochains mois.

Corine FERREIRA
Responsable Internationale de la CGT FSPBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *