Réorganisation, suppressions d’emplois dans les DOM, la BNP Paribas tente le passage en force.

Young business woman gives a thumbs down gesture. Thumb down in

La BNP Paribas a présenté il y a quelques mois un projet de réorganisation complète de ses filiales ultra-marines.

    Ce projet est accompagné d’une fusion de ses filiales Guadeloupe, Guyane et Martinique et de suppression d’emplois ainsi que le transfert des activités après-vente en Métropole.
    La DIECCTE GUADELOUPE n’a pas homologué le plan et a émis des réserves.
    La Direction se voit contrainte de revenir vers les Instances Représentatives du Personnel.
    Les élus du CE Guadeloupe, la CGT ont demandé de reprendre les discussions en septembre eu égard aux congés d’été et à l’absence de la majorité des élus.
    La Direction ne l’entend pas ainsi et programme une réunion extraordinaire du CE les 16 juillet alors qu’elle sait que seuls 3 élus sur 12 sont présents.
    Quel déni de démocratie, quel manque de respect pour les Instances et le personnel de ses filiales domiennes.
    Pour ce qui concerne la Martinique, les Instances Représentatives du Personnel ont refusé de rendre un avis et les Membres du Comité d’Établissement ont saisi la Dieccte. Pour l’instant, il n’y a pas de réaction. Toutes les demandes des Représentants du Personnel (CE et CHSCT) ainsi que le celles du Cabinet d’Expert dûment mandaté par les élus du CE, ont été balayé d’un revers de main.
    Tout ceci est inacceptable. Les Banques ont aussi un rôle social et sociétal qu’elles ne doivent pas oublier.
    La CGT demande à la Direction de revoir sa copie, de tenir compte de la situation particulière des Départements d’Outre-Mer, déjà lourdement touchés par le chômage et de maintenir les activités et les emplois aux DOM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *